Rechercher
  • Valentine Sled

La recette de mon "Shoyu Ramen" !

Eh mais dis donc on se caille non ? Il a bien neigé cette semaine j’ai pas rêvé ?


Because glagla is back, j’avais envie d’un bon ramen pour me réchauffer !



Mon « Shoyu ramen » : poitrine de porc confite et laquée au miel et soja (« chashu »), poireau croquant, champignons Enoki, algue nori, cébette et œuf mollet mariné… Le tout dans un joli bouillon maison qui a mijoté quelques heures.


« Shoyu » désigne un bouillon brun clair, à base de légumes et de poulet, auquel on ajoute de la sauce soja, pour un résultat acidulé, la définition même de l’umami ! Mon préféré, parmi les différentes variétés de ramen : il existe aussi le shio (bouillon identique mais sans ajout de sauce soja), le tonkotsu (bouillon d’os de porc), et le miso ramen (à base de pâte de soja fermenté).



Faites-vous ce petit plaisir à la maison ! Pas besoin d’ingrédients introuvables pour cette recette, vous pouvez même remplacer les champignons Enoki par des lamelles de champignons de Paris ! Tout le reste se trouve en grande surface sans difficulté !



Recette détaillée :


Pour 4 personnes


- 1kg de poitrine de porc fraîche, non salée

- 1 poireau

- 1 oignon

- 3 gousses d’ail

- 2 bouillons cube volaille

- 150g de champignons Enoki ou champignons de Paris

- 1 algue nori

- 1 CàS de miel

- 4 œufs bio

- 1 bâton de cébette

- Nouilles Somen japonaises ou à défaut capellini italiens qui feront l’affaire également

- Sauce soja


- Remplir une grande marmite d’eau. Retirer la première couche du poireau, le foin et l’extrémité du vert, le rincer, et le découper en tronçons. Peler les gousses d’ail et l’oignon, découper ce dernier grossièrement en 4. Ajouter les cubes de bouillon dans la marmite, les tronçons de poireau (en conserver un découpé dans le blanc pour le dressage), l’oignon découpé et 2 gousses d’ail (en conserver une pour la marinade). Ajouter la poitrine de porc et une bonne pincée de gros sel, couvrir et laisser cuire à petit bouillon pendant 1h30 à 2h.


- Préchauffer le four à 200°C sur grill chaleur tournante. Préparer la marinade : ciseler finalement la gousse d’ail restante, ajouter le miel et 6 CàS de sauce soja. Bien mélanger jusqu’à que le miel soit complètement dissout. Au bout d’1h30 de cuisson, retirer la poitrine de porc et la déposer dans un plat. À l’aide d’un pinceau, badigeonner la marinade sur toute la surface de la pièce. Enfourner jusqu’à caramélisation, en veillant à ce que la marinade ne brûle pas. Au cours de ce processus, sortir régulièrement la viande pour la rebadigeonner de marinade, et la tourner pour qu’elle colore bien sur toutes les faces. Une fois une belle caramélisation homogène obtenue, sortir la viande et laisser reposer.


- Faire chauffer une casserole d’eau salée. Une fois l’ébullition atteinte, faire cuire les œufs pendant 6 minutes, puis les passer tout de suite sous l’eau glacée. Les écaler et les disposer dans le récipient de reste de marinade utilisée pour la viande, en les retournant bien pour qu’ils s’en imprègnent bien.


- Faire chauffer une autre casserole d’eau (on peut réutiliser la même). Faire cuire les nouilles ou les pâtes le temps de cuisson indiqué. Les essorer dans une passoire puis passer sous un filet d’eau froide pour stopper la cuisson. Réserver jusqu’au dressage.


- Découper la base des champignons Enoki. Si vous avez des champignons de Paris, les découper en fines lamelles. Disposer les champignons dans une passoire et les plonger 30 secondes dans le bouillon maison. Réserver jusqu’au dressage.


- Tailler finement la feuille d’algue nori, la cébette, et le tronçon de blanc de poireau restant. Couper la poitrine de porc en fines tranches.


- Dressage : choisir des bols bien profonds. Déposer une CàS de sauce soja puis quelques louches de bouillon. Ajouter une portion de nouilles. Disposer les éléments préparés tout autour du bol : le blanc de poireau, les champignons, l’algue nori, les tranches de porc chashu. Parsemer l’ensemble du bol de cébette. Finir par un œuf mollet coupé en deux et disposé au centre.

À table !

120 vues0 commentaire